Téléphone   06.58.86.04.46

L'histoire de Aixam

01 mars 2014

L'histoire de Aixam

L'histoire de Aixam

 

Grâce à ses modèles trois roues légers n’exigeant pas le permis, Aixam occupe une niche dans le secteur automobile depuis les années 80. L’idée d’Aiman : la construction et la motorisation légères de ses modèles permettent aux personnes ne roulant pas en voiture traditionnelle de se déplacer. Pour rentrer dans la catégorie des véhicules sans immatriculation (permis S), la vitesse de ces modèles ne pouvait excéder les 45 km/h et la masse, les 350 kg.
Les séries de la marque Aixam
L’Aixam 325d, équipée d’un moteur diesel, constitue l’un des premiers modèles à quatre roues pouvait atteindre les 45 km/h. Elle fut suivie dans les années 90 par les séries de berlines Aixam Revolution et Evolution, puis par les séries Innovation et, en 2010, par la série Impulsion. Sur la base de ces modèles, la gamme de la marque s’est élargie avec des cabrios et, depuis 2003, avec les véhicules utilitaires Aixam Mega. Pour ces nouveaux modèles, l’entreprise a adopté une toute nouvelle approche : ils devaient être perçus comme des citadines pratiques. A côté des modèles destinés au permis S, la marque Aixam s’est également orientée vers des versions plus puissantes.
Les berlines et cabrios Aixam pour le permis classe S
En 2010, les Français lancent une nouvelle série sur les marchés : les modèles légers Aixam City et Aixam Crossline non soumis à immatriculation. Dans la gamme de modèles de la marque, on trouvait également le cabriolet à toit rigide Aixam Scouty. Ce biplace était équipé d’un moteur diesel japonais Kubota, ainsi que d’une boite automatique. Sa consommation s’élevait à 2,9 l, ce qui correspond à une émission en CO2 de 78 g/km.
La version essence pour le permis classe B
Avec la Aima Crossline GT et le cabriolet Aixam Scouty GTR, la marque a complété sa collection avec deux modèles plus puissants requérant la permis classe B, ainsi qu’une immatriculation. Les versions essence pouvaient atteindre les 93 km/h.
Les voitures de sport et les véhicules utilitaires de la série Aixam-Mega
En 1992, les Français se sont lancés dans un tout autre segment. Avec sa Mega Track, Aima propose pour la première fois une puissante voiture sportive équipée d’un moteur Mercedes V12 de 395 ch. Quatre ans plus tard, ce modèle est suivi par le coupé sport Aixam Mega Monto Carlo. Puis, c’est au tour des véhicules utilitaires Aixam de voir le jour sous le nom de marque Mega. Les clients avaient le choix entre trois types de carrosserie : le fourgon Mega, la Mega à benne, ainsi qu’un modèle Pick-up. Ces trois modèles non soumis à l’immatriculation ne requéraient que le permis classe S.
Les véhicules électriques d’Aixam
La marque Aixam proposait également un véhicule électrique, la Mega Charly. Celle-ci pouvait atteindre les 15 km/h. A côté de la version fermée de ce modèle, on pouvait également trouver une version ouverte : la Mega Elektro Scooters. Ces modèles visaient principalement les seniors et les personnes à mobilité réduite. Aixam a également utilisé son savoir-faire afin de développer une version électrique de sa petite berline Aixam City. Commercialisée en 2007 avec le volant placé à droite, la Mega e-City est également disponible avec le volant à gauche depuis 2011.

Grâce à ses modèles trois roues légers n’exigeant pas le permis, Aixam occupe une niche dans le secteur automobile depuis les années 80. L’idée d’Aiman : la construction et la motorisation légères de ses modèles permettent aux personnes ne roulant pas en voiture traditionnelle de se déplacer. Pour rentrer dans la catégorie des véhicules sans immatriculation (permis S), la vitesse de ces modèles ne pouvait excéder les 45 km/h et la masse, les 350 kg.

 

Les séries de la marque Aixam

 

L’Aixam 325d, équipée d’un moteur diesel, constitue l’un des premiers modèles à quatre roues pouvait atteindre les 45 km/h. Elle fut suivie dans les années 90 par les séries de berlines Aixam Revolution et Evolution, puis par les séries Innovation et, en 2010, par la série Impulsion. Sur la base de ces modèles, la gamme de la marque s’est élargie avec des cabrios et, depuis 2003, avec les véhicules utilitaires Aixam Mega. Pour ces nouveaux modèles, l’entreprise a adopté une toute nouvelle approche : ils devaient être perçus comme des citadines pratiques. A côté des modèles destinés au permis S, la marque Aixam s’est également orientée vers des versions plus puissantes.

 

Les berlines et cabrios Aixam pour le permis classe S

 

En 2010, les Français lancent une nouvelle série sur les marchés : les modèles légers Aixam City et Aixam Crossline non soumis à immatriculation. Dans la gamme de modèles de la marque, on trouvait également le cabriolet à toit rigide Aixam Scouty. Ce biplace était équipé d’un moteur diesel japonais Kubota, ainsi que d’une boite automatique. Sa consommation s’élevait à 2,9 l, ce qui correspond à une émission en CO2 de 78 g/km.

 

La version essence pour le permis classe B

 

Avec la Aima Crossline GT et le cabriolet Aixam Scouty GTR, la marque a complété sa collection avec deux modèles plus puissants requérant la permis classe B, ainsi qu’une immatriculation. Les versions essence pouvaient atteindre les 93 km/h.

 

Les voitures de sport et les véhicules utilitaires de la série Aixam-Mega

 

En 1992, les Français se sont lancés dans un tout autre segment. Avec sa Mega Track, Aima propose pour la première fois une puissante voiture sportive équipée d’un moteur Mercedes V12 de 395 ch. Quatre ans plus tard, ce modèle est suivi par le coupé sport Aixam Mega Monto Carlo. Puis, c’est au tour des véhicules utilitaires Aixam de voir le jour sous le nom de marque Mega. Les clients avaient le choix entre trois types de carrosserie : le fourgon Mega, la Mega à benne, ainsi qu’un modèle Pick-up. Ces trois modèles non soumis à l’immatriculation ne requéraient que le permis classe S.

 

Les véhicules électriques d’Aixam

 

La marque Aixam proposait également un véhicule électrique, la Mega Charly. Celle-ci pouvait atteindre les 15 km/h. A côté de la version fermée de ce modèle, on pouvait également trouver une version ouverte : la Mega Elektro Scooters. Ces modèles visaient principalement les seniors et les personnes à mobilité réduite. Aixam a également utilisé son savoir-faire afin de développer une version électrique de sa petite berline Aixam City. Commercialisée en 2007 avec le volant placé à droite, la Mega e-City est également disponible avec le volant à gauche depuis 2011.

L'histoire de Alfa Romeo