Téléphone   06.58.86.04.46

L'histoire de MG

11 avril 2014

L'histoire de MG

L'histoire de MG

L’histoire des sportives, marquée par les roadsters MG

 

 

Un châssis sportif bas, une carrosserie ouverte aux lignes classiques et une capote en toile repliable en un tournemain, le tout couronné d’un moteur de puissance raisonnable : telles sont les qualités qui ont permis au constructeur automobile britannique (Morris Garages) MG et ses roadsters de prouver que « plaisir de conduite » et « prix abordable » n’étaient pas inconciliables. Les véhicules MG, tels la MG Magna étaient commercialisés en version berline deux portes et coupé. Dès les années 50, les Britanniques ont développé leurs berlines 4 portes du milieu de gamme, la MG série Y et la MG Magnette. De petits modèles, comme la MG 1100 et la MG Metro ont également été conçus en version sportive. C’est avec ses séries P et T que MG est véritablement entré dans l’histoire de l’automobile. La page MG a bien failli se tourner définitivement en 2005 lorsqu’elle dut déposer le bilan en 2005. Mais les Chinois en ont décidé autrement. Ne voulant pas laisser mourir cette marque riche en tradition, ils ont racheté MG, qui entre-temps faisait partie du groupe BMW. C’est avec la deux place MG TF que la production a repris son cours.

 

Mg et ses roadsters de légende

 

 

A partir de la série MGA, les roadsters de MG représentaient les succès commerciaux de leur époque. Ces classic cars, fabriqués jusque dans les années 60, sont aujourd’hui très prisés. Mg était parvenu à franchir la barre des 100.000 ventes pour son modèle MGA de 108 ch. La MGB, son successeur, a été fabriquée en version roadster et en version coupé MGB GT. Son moteur de 95 ch lui permettait de franchir les 170 km/h. Avec 500.000 exemplaires vendus, elle faisait partie des plus grands succès commerciaux de l’histoire automobile. Fabriquée entre 1961 et 1979, la MG Midget était le deuxième grand succès de la marque. Son moteur développait jusqu’à 68 ch. Milieu des années 90, Rover, alors propriétaire de la marque, essaya de reproduire ce succès avec la MG RV8 des années 70. Avec à peine 2000 modèles écoulés, cette version de 190 ch n’a cependant pas répondu aux attentes de Rover. Ce n’est que son successeur qui a pu renouer avec les succès d’antan.

 

Le roadster MGF de MG pour espérer le succès

 

 

Avec le lancement du nouveau roadster MTF en 1995, MG voulait se remémorer les succès des MG d’autrefois. Avec plus de 70.000 exemplaires jusqu’en 2005, le pari est réussi. Cette réussite commerciale n’a cependant pu empêcher l’entreprise de la faillite. Le groupe MG a été démantelé et le fabricant chinois Nanjing Automobile Group s’est assuré les droits de fabrication de la dernière voiture de course MG.

 

La nouvelle MG TF sous la houlette chinoise

 

 

En 2007, les Chinois se résolurent à faire renaitre la marque de tradition britannique. A partir de 2008, La MG TF était alors le seul modèle produit dans l’ancienne usine de Rover de Longbridge. Ce modèle, rebaptisé sous le nom de MG TF LE 500, était construit avec un toit rigide et un moteur 1,8 l de 99 kW, développant 135 ch. Elle franchissait ainsi la barre des 200 km/h.

 

MG et ses berlines de la série Z

 

 

Les compactes MG ZR furent commercialisées l’année qui suivit la vente de MG par BMW à un groupe d’investisseurs. Les versions MG, s’inspirant de la Rover 25 au niveau technique, ont été pourvues d’un châssis sportif, de jantes 17 pouces et d’un moteur développant 118 kW (160 ch). Ces divers éléments incarnaient à la perfection le dynamisme de la marque MG. Avec un moteur de 76 kW (103 ch), le modèle qui suivit, la MG ZR 105, était un peu moins puissant. Dans le milieu de gamme, l’année 2001 marque la commercialisation de la berline quatre portes VG ZS et du break MG ZT. Ces modèles s’inspiraient de la Rover 45 et la Rover 75 sur le plan technique. Elles affichaient en plus le châssis sportif de MG. Les modèles de la série Z étaient pourvus de moteurs V6 déployant 130 kW (177 ch). Un moteur V8 de 191 kW (260 ch) vint s’ajouter en 2004. Finalement, en 2005, on mit un terme à la production.

L'histoire de Mini L'histoire de Mercedes-Benz