Téléphone   06.58.86.04.46

L'histoire de Saab

23 avril 2014

L'histoire de Saab

L'histoire de Saab

Saab devient un fabricant de voiture Lifestyle dans les années 80

 

 

Un design individualisé, un niveau de sécurité élevé, un comportement de route sportif assuré par la nouvelle technologie Turbo et un design individualisé : voilà les qualités des berlines, coupés et cabriolets de la marque Saab dans les années 80. Avec Volvo, Saab faisait partie du patrimoine culturel dans les pays scandinaves. Surtout aux Etats-Unis, mais aussi dans le reste de l’Europe, les modèles suédois étaient plutôt symboles de non-conformisme. Cette réputation tenait de la Saab 900, qui, depuis sa commercialisation en 1979, n’avait subi en 15 ans que des modifications minimes. La Saab 900 était également disponible en version cabriolet Lifestyle à partir du milieu des années 80. Malgré près d’un million de modèles écoulés, les Suédois avaient conscience que cela ne suffisaient pas à rassembler les coûts de développement nécessaires pour mettre au point d’autres modèles dans un monde de l’automobile de plus en plus globalisé.

 

Saab sauvé de la faillite par le constructeur de voitures de sport néerlandais Skyper

 

 

Saab s’est alors axé sur un partenariat avec le groupe italien Fiat, avec lequel il a conçu la berline Saab 9000, un modèle supérieur à la Saab 900. En 1989, General Motors (GM) entra chez Saab, et met à disposition des Suédois ses plates-formes. En 2000, la marque de tradition fondée en 1947 est reprise par GM et introduite dans la distribution européenne par l’intermédiaire du réseau commercial de sa filiale Opel. Cependant la pierre d’achoppement restait le succès économique sur le long-terme, malgré les nouvelles générations de modèles, telles la Saab 9-5 et la Saab 9-3, ou encore l’élargissement de la gamme à des SUV, tels que la Saab 9-2X pour le marché nord-américain. L’insolvabilité du constructeur n’était pas loin d’être déclaré lorsqu’à la dernière minute, début 2010, GM a trouvé acquéreur pour sa filiale suédoise : il s’agissait du constructeur de voitures de sport néerlandais Skyper.

 

Au début, Saab mise sur des voitures de sport destinées aux marchés nord-américains

 

 

Le sauvetage de l’entreprise du milieu de gamme par un fabricant de voitures de sport faisait partie des étrangetés de l’industrie automobile, en pleine restructuration mondiale à l’époque. En fait, cet engagement du constructeur néerlandais était surtout motivé pour des raisons historiques. En effet, au début, des roadsters puristes typiques de tradition anglaise, ainsi que des coupés aux allures italiennes faisaient partie des collections du constructeur suédois. La conception de ces derniers modèles avait surtout pour objectif de faire connaitre Saab aux Etats-Unis. Par exemple, on trouvait à l’époque des modèles comme la Saab Sonnet, fabriquée à petite échelle entre les années 50 et 74. Au contraire, en Europe, ce sont surtout les voitures compactes aux formes arrondies de la série 90 qui furent misent sur le marché. Ces modèles de la série 90 étaient les prédécesseurs de la classique Saab 900.

 

La classique Saab 900 : le grand succès

 

 

Un système sans faille de turbocompression et une sécurité irréprochable feront de la classique Saab 900 un succès commercial ; elle sera vendue à près d’un million d’exemplaires entre 1974 et 1994. Aujourd’hui, elle se négocie comme pièce de collection. Présentée fin 1986, la version cabriolet de la Saab 900, fut également couronnée de succès. A l’époque, elle rimait avec élégance éternelle. En 1985, la gamme fut élargie avec la grande berline Saab 9000, mise au point de concert avec le groupe Fiat. La Saab 9000 sera commercialisée jusqu’en 1998. Les Suédois ont ensuite mis sur le marché la deuxième génération de la Saab entre 1993 et 1998, sous la direction de GM. Elle était vendue en version berline et cabriolet. Pour la première fois, le know-how de GM servait de base sur le plan technique.

 

Les nouveaux modèles de gamme moyenne Saab

 

 

Avec la Saab 9-3, successeur de la Saab 900, et la Saab 9-5 qui prit la relève de la Saab 9000, les Suédois, sous le toit de General Motors à partir de 1997, écoulèrent leurs modèles sur le marché sous de nouvelles dénominations. En 1999, les Suédois lancent leur tout premier diesel, la Saab 9-3. La seconde génération marque la venue du premier break Saab, fabriqué depuis 2002. A partir de 2009, celui-ci sera également disponible en version automatique sous l’appellation Saab 9-3 X. Des berlines et des breaks de la série Saab 9-5 se situaient dans le milieu de gamme. Ces modèles pouvaient rouler au bioéthanol, ce qui fait de Saab un des précepteurs de cette technique. La deuxième génération de la Saab 9-5 sortait en 2010, sous le nouveau propriétaire Spyker Cars. GM quant à lui s’est assuré le droit de concevoir un successeur pour le SUV Saab 9-7X, conçu essentiellement pour le marché nord-américain. C’est à partir de 2005 que ce modèle fut fabriqué aux Etats-Unis.

L'histoire de Seat L'histoire de Rover