Téléphone   06.58.86.04.46

L'histoire de Trabant

02 mai 2014

L'histoire de Trabant

L'histoire de Trabant

La Trabant comme symbole de l’histoire allemande mouvementée

 

Initialement l’exemple prodigue de la fière économie de la RDA et plus tard l’incarnation du retard technologique, objet de vénération et de ridiculisation simultanées pendant des décades, la Trabant suscite avant la réunification les émotions les plus diverses à l’Ouest comme à l’Est. Cette petite voiture combinant break, limousine, pick-up et jeep décapotable ne perd pas sa force symbolique après la réunification allemande et sa fin de production en 1991 après presque 50 ans. Des 3 millions exemplaires produits en conditions de pénurie soviétique, il n’y pas beaucoup de Trabant qui survécurent. Mais celles qui contrèrent la concurrence capitaliste devinrent grâce à la restauration et au soin réservés aux voitures fétiches les symboles de l’Ostalgie et technologie originale de voiture ancienne.

 

La première génération de limousines et breaks Trabant P50 et Trabant 500

 

Lorsque la première Trabant est présentée au public en 1957, les constructeurs du producteur VEB Sachsenring à Zwickau ne sont en rien inférieurs à la concurrence italienne, française ou allemande de l’ouest. Comparée aux Fiat Topolino, coccinelle de VW ou 4L de Citroën, les premières générations de la petite limousine vendues sous le nom de Trabant P50 et Trabant 500 jusqu’en 1962 correspondent tout à fait au standard de l’époque. La deux portes d’environ 1,50 m de large et 3,60 m de long offre de la place pour 4 personnes et un peu de bagages ; le moteur à deux temps de presque 20 CH propulse la voiture d’un peu plus de 600 kg jusqu’à 100 km/h. Innovant les matériaux composants, la limousine présente un mélange de matériaux dès 1959 pour la limousine et la break : au lieu de se servir de parties de tôle susceptibles de rouiller, le VEB Sachsenring se sert dès le début de beaucoup de matières synthétiques pour la carrosserie. De même, le laquage à deux couleurs Luxe facultatif donne à la Trabant son image de modernité.

 

La Trabant P600 reste presque identique entre 1964 et 1990

 

La deuxième génération est introduite en tant que Trabant 600 en 1962 et deux ans plus tard en tant que Trabant 601 avec une allure plus carrée, qui définira l’apparence de l’engin jusqu’à sa fin. En effet, la voiture ne change que très peu techniquement dès le milieu des années 1960, c’est à dire depuis que la cylindrée ait été augmentée à 0,6l et 26 cv de puissance. La seule innovation qui se fait après l’introduction de la deuxième génération de la Trabant break en 1965 vendue comme Trabant Universal est la version jeep avec un toit décapotable, produite principalement pour l’armée. Cette version également exportée en petits nombres en tant que voiture civile vers l’ouest est aujourd’hui une véritable pièce de collection.

 

L’introduction de la troisième génération de Trabant 1990 avec un moteur VW

 

Le VEB Sachsenring présente en plein milieu des bouleversements politiques la génération modernisée de la Trabant en 1989. Quasiment inchangée extérieurement, elle passe par une modernisation profonde ave l’insertion du moteur de la Polo de VW, produit depuis 1988 avec licence. La Trabant 1.1 est alors offerte comme limousine, break, décapotable et pick-up. La technique de moteur moderne rachetée à VW ne peut cependant pas sauver la voiture. De mauvaises ventes causent l’arrêt de production de la Trabant et de la Trabant Universal en plein milieu de 1991.

L'histoire de Toyota L'histoire de Tata